L’expérimentation médicale

Geysels YvesYves Geysels
President of the Belgian Association of Clinical Research Professionals Senior Director Clinical Operations, Quintiles

 

La Belgique est connue pour ses essais cliniques, autant dans les institutions académiques et scientifiques que dans l’industrie pharmaceutique. Elle détient une position enviable dans le monde des essais cliniques avec des sites académiques et non académiques de recherche pharmacologique et médicale appartenant aux meilleurs du monde.

Un cinquième des essais cliniques commerciaux réalisés en Europe est effectué dans notre pays. Les entreprises pharmaceutiques en particulier testent souvent des nouveaux médicaments en Belgique.

L’année passée, environ 570 études cliniques ont été réalisées en Belgique, qui est devenu ainsi le pays possédant le plus grand nombre d’essais cliniques par habitant de toute l’Europe.

Le législateur belge, conscient du rôle pivot de la Belgique comme pays d’accueil pour la recherche clinique, pourvoit une structure attractive pour mener des études cliniques. La Belgique détient également les délais les plus courts de l’Europe en ce qui concerne l’autorisation et la révision éthique des études cliniques.

Dans le développement de nouveaux médicaments et traitements, observer est la base. Car comment peut-on savoir si un traitement est efficace ? Peut-être la maladie a disparu d’elle-même ou quelque chose d’autre a conduit à une amélioration ? Pour le savoir, il faut donc observer et comparer en détail la différence entre les patients qui prennent un traitement et ceux qui n’en prennent pas. Ou comparer deux groupes de patients qui prennent chacun un traitement différent. Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons savoir si le médicament à l’étude fonctionne: les patients qui l’ont pris guérissent, les autres pas ou moins bien. Ce processus d’observation et de comparaison se dit aussi « étude clinique ».

La quantité (ou la dose) d’un traitement détermine l’équilibre entre son efficacité et ses effets secondaires. Par exemple, ne pas consommer de la vitamine A rend malade, en consommer trop est toxique. Ceci est important quand de nouveaux traitements sont développés: le médecin veut être sûr de donner la quantité du médicament qui guérit et qui a le moins possible d’effets secondaires. C’est ainsi que de nombreux tests sont faits avant même de donner un médicament à l’étude pour la première fois à un être humain. Et souvent différentes doses de traitement sont testées lors d’études cliniques.

Dans le cadre d’études cliniques, les effets secondaires et l’efficacité du traitement sont observés de manière approfondie à des temps préétablis afin d’assurer la sécurité des patients.

Chaque candidat à une étude clinique est d’abord pleinement informé oralement et par écrit. La participation à une étude clinique est toujours totalement volontaire. Si un patient décide de participer à une étude clinique, son accord sera documenté par écrit dans un consentement éclairé ayant reçu l’approbation du Comité éthique et de la Commission pour la protection de la vie privée. Les données sont traitées de manière confidentielle. Lors des études cliniques, la dignité humaine est primordiale.

Les médicaments que les médecins prescrivent ont été développés par l’intermédiaire d’études cliniques. Il se peut que votre médecin vous propose de participer à une étude clinique: il vous fournira toute l’information nécessaire et répondra à vos questions.

Pour plus d’informations sur le sujet, retrouvez Yves Geysels lors de notre formation Expérimentation médicale l’après-midi du 4 juin 2015 à Bruxelles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *